.

Je rêvais de devenir paysan

Les séjours à la ferme de ma grand-mère étaient toujours trop courts. J'aimais l'odeur des animaux et le contact chaud de leur peau. Mon oncle qui cultivait les champs était pour moi un héros, perché sur sa moissonneuse-batteuse, partant à l'assaut des champs de céréales.

Bref, quand je serai grand, je serai paysan.


Après des études agricoles (BTA, puis BTS production agricole), j'ai exercé le métier de technicien agricole pendant 7 ans. Je conseillais les agriculteurs dans la conduite de leur exploitation et notamment dans l'usage des engrais et des pesticides. C'est un collègue de travail qui m'a parlé d'agriculture biologique, domaine que l’on n’avait même pas entrevu au cours de mes études agricoles. Après de nombreuses lectures sur le sujet et des visites de fermes engagées dans le mode de production biologique, je me suis dit qu'il était temps de faire ce que j'aimais.

A 30 ans, je suis allé voir mon oncle qui avait largement dépassé l'âge de la retraite pour savoir s'il était d'accord pour que je lui succède. J'ai tout d'abord cultivé les champs en agriculture conventionnelle car les banquiers et le comptable n'étaient pas favorables à un autre mode de production. Mais au bout de 2 années, j’engageais les terres de la ferme en agriculture biologique ; nous étions en 1998.

En 2004, Marie-Christine qui avait fait des études en agroalimentaire, voulait elle aussi mener une aventure agricole à mes côtés. Elle créa un élevage de chèvres angora et ouvrit une boutique pour vendre ses articles en mohair.


Depuis 2014, cette activité a été stoppée et remplacée par la transformation de nos céréales en farine et pâtes fermières.

Marie et Jean Pierre - La Ferme du Rabutin

Champs de la Ferme du Rabutin

La ferme

Une ferme, c’est surtout des terres (certains diront un terroir) ; elles s'étendent sur 160 hectares dont 35 en prairies permanentes (certaines classées en zone Natura 2000) où vivent nos animaux. Les champs sont pour la plupart des terres superficielles à faible rendement. Elles sont toutes cultivées en agriculture biologique où nous semons successivement blé, épeautre, lentilles, engrain, luzerne et toutes les cultures possibles dans notre région.


Il y a aussi des animaux. Ce sont des vaches Hereford, une race anglaise réputée pour la qualité de sa viande, sa rusticité et sa gentillesse. Nous avons 14 mères qui mettent bas dans les prés au mois de mars. Nous gardons tous les jeunes pendant au moins 2 ans, ce qui représente entre 40 et 50 bovins sur la ferme en permanence. Ils se nourrissent d’herbe, de foin et de céréales produites sur la ferme.


Depuis quelques années, les conditions météo ont été très particulières et se sont succédé gel sévère, sécheresse et pluies diluviennes qui ont fragilisé la production. Nous avons donc décidé de sécuriser nos revenus en transformant nos produits sur la ferme pour les commercialiser nous-mêmes.


Notre moulin à meule de pierre produit de la farine que nous transformons en pâtes. Nous faisons tuer nos bœufs pour les vendre en caissettes aux particuliers et réussissons le mariage de la pâte et de la viande dans de délicieux raviolis.


Nos engagements, nos valeurs

Toute notre ferme est certifiée « AB ». Pour les céréales transformées à la ferme nous semons des variétés anciennes ou rustiques qui ont des glutens plus digestes que les variétés modernes.
Pour nos animaux, les soins vétérinaires (ils sont rares) sont prodigués en homéopathie. Aucun vaccin n’est réalisé et nous comptons sur une alimentation saine et diversifiée pour leur assurer une bonne santé.

De la graine de lin cultivée sur la ferme est incorporée dans toutes les rations animales : d'une part le lin possède des qualités insectifuges et d'autre part l'ajout de lin dans la nourriture des animaux présente un grand intérêt nutritionnel : le gras de la viande est à haute teneur en oméga 3, indispensable pour la prévention des maladies cardio-vasculaires.

Nos objectifs, nos projets

Le potentiel agronomique de notre ferme ne nous permet pas de briller par les rendements et la production de masse. La qualité et la diversité de nos produits sont notre force et notre objectif.

Afin d’améliorer la rotation de nos cultures, nous devons implanter plus de prairies temporaires multi-espèces et un projet de brebis laitières avec transformation à la ferme (yaourts, fromage, glaces…) est en train de voir le jour.

Quand vous achetez sur notre site, vous avez la certitude de l’authenticité du produit. Il a été réalisé avec soin, conscience et respect de la terre et des hommes qui y vivent.

Marie et Jean Pierre

Champs de la Ferme du Rabutin